Glossaire

actif
Toute chose de valeur qui est possédée. Voir également : bilan, passif.
action
Une partie des actifs d’une entreprise qui peut être échangée. Cela donne à l’actionnaire le droit de recevoir une part des profits de l’entreprise et de bénéficier d’une hausse de la valeur des actifs de l’entreprise.
apprentissage par la pratique (learning by doing, en anglais)
Cela se produit lorsque la production par unité de facteurs de production augmente avec l’expérience dans la production du bien ou service.
austérité
Une politique par laquelle un gouvernement essaye d’améliorer le solde budgétaire de l’État au cours d’une récession, en augmentant son épargne. Voir également : relance budgétaire.
avantage absolu
Un pays détient un avantage absolu dans la production d’un bien lorsqu’il a besoin de moins de facteurs de production que les autres pays pour produire ce bien. Voir également : avantage comparatif.
balance commerciale
Valeur des exportations moins la valeur des importations. Connu également sous le terme : exportations nettes. Voir également : déficit commercial, excédent commercial.
banque centrale
La seule banque qui peut créer de la monnaie ayant cours légal dans un pays. Fait partie habituellement de l’État. Les banques commerciales possèdent des comptes à cette banque, détenant de la monnaie ayant cours légal.
bien de consommation
Un bien ou un service qui satisfait les besoins des consommateurs sur une courte période.
biens d’équipement
L’ensemble des équipements, bâtiments, matières premières et autres facteurs de productions utilisés dans la production de biens et de services, incluant, le cas échéant, les brevets, ainsi que tout autre type de propriété intellectuelle utilisé. Connu également sous le terme : facteur capital.
biens durables
Biens de consommation avec une espérance de vie de plus de trois ans, comme les meubles, les automobiles ou les réfrigérateurs.
bilan
Un enregistrement des actifs, passifs et de la valeur nette d’un acteur économique tel qu’un ménage, une banque, une entreprise ou un État.
capitalisme
Un système économique dans lequel la propriété privée, les marchés ainsi que les entreprises jouent un rôle-clé.
capitaux propres
Le propre investissement d’un individu dans un projet. Cela est comptabilisé dans le bilan financier d’un individu ou d’une entreprise en tant que valeur nette.
cartel
Un groupe d’entreprises qui s’entendent pour augmenter leurs profits communs.
causalité inverse
Une relation de causalité à deux sens, dans laquelle A affecte B et B affecte aussi A.
causalité
Une relation de cause à effet établissant qu’un changement dans cette variable produit un changement dans une autre variable. Voir également : corrélation, corrélation fallacieuse, causalité inverse.
ceteris paribus
Les économistes simplifient souvent l’analyse en mettant de côté certains aspects considérés comme ayant moins d’importance par rapport à la question qui les intéresse. La signification littérale de l’expression est « toutes choses égales par ailleurs ». Dans un modèle économique, elle signifie que l’analyse « garde les autres facteurs inchangés ».
choc d’offre
Un changement inattendu du côté de l’offre, comme une hausse ou une baisse des prix du pétrole ou une amélioration de la technologie.
choc de demande
Un changement inattendu de la demande globale, comme une augmentation ou une diminution de la consommation autonome, des investissements ou des exportations.
clauses contractuelles de non-concurrence
Un contrat de travail incluant une disposition ou un accord interdisant au salarié de quitter son entreprise pour rejoindre un concurrent. Cela peut réduire l’option de réserve du travailleur, diminuant le salaire que l’employeur a besoin de lui payer.
coefficient de corrélation
Une mesure du degré d’association de deux variables et de leur tendance à prendre des valeurs similaires ou opposées. Il prend une valeur allant de 1, pour indiquer que les variables prennent des valeurs similaires (« sont positivement corrélées »), à -1, pour indiquer que les valeurs prennent des valeurs opposées (corrélation « négative » ou « inverse »). Une valeur de 1 ou -1 implique que la connaissance d’une valeur d’une des variables permet de prédire parfaitement la valeur de l’autre. Une valeur de 0 implique que la connaissance de la valeur d’une des variables ne donne aucune information sur la valeur de l’autre. Voir également : corrélation, causalité.
collatéral (ou garantie)
Un bien qu’un emprunteur donne en garantie à un prêteur afin de garantir un prêt. Si l’emprunteur est incapable de rembourser son crédit comme dû, le créancier devient le propriétaire du bien.
commerce de marchandises
Commerce de produits tangibles qui traversent physiquement les frontières.
comptabilité nationale
Le système utilisé pour mesurer la production et la dépense agrégées au sein d’un pays.
consommation autonome
La consommation qui est indépendante du revenu actuel.
consommation (C)
Dépense dans des biens de consommation incluant des biens et services de courte durée ainsi que des biens et services de longue durée que l’on appelle biens durables.
contraint par le crédit
Une description des individus qui peuvent emprunter uniquement à des conditions défavorables. Voir également : exclu du crédit.
contrat
Un document juridique ou un accord qui spécifie l’ensemble des actions que les parties au contrat doivent entreprendre.
corrélation fallacieuse
Une forte association linéaire entre deux variables qui ne résulte pas d’une relation directe, mais qui peut être due à une coïncidence ou à un autre facteur invisible.
corrélation
Une relation statistique dans laquelle la connaissance de la valeur d’une variable informe sur la valeur probable d’une autre variable, par exemple si des valeurs élevées de l’une sont souvent observées en même temps que des valeurs élevées de l’autre variable. Elle peut être positive ou négative (elle est négative quand des valeurs élevées d’une variable sont observées en même temps que des valeurs faibles de l’autre). Voir également : causalité, corrélation fallacieuse, coefficient de corrélation.
côté « demande » (économie agrégée)
Comment les décisions en matière de dépenses créent de la demande pour les biens et services et, en conséquence, créent de l’emploi et de la production. Voir également : côté « offre » (économie agrégée).
côté « offre » (économie agrégée)
Comment la main-d’œuvre et le capital sont utilisés pour produire des biens et services. Voir également : côté « demande » (économie agrégée).
courbe d’offre
La courbe d’offre qui montre les quantités qui seraient produites pour chaque prix donné. Pour un marché, elle montre la quantité totale que toutes les entreprises pourraient produire pour chaque prix donné.
courbe de demande
La courbe qui donne la quantité que les consommateurs achètent à chaque prix possible.
coût d’opportunité du capital
La quantité de revenu qu’un investisseur aurait pu obtenir en investissant l’unité de capital ailleurs.
coût d’opportunité
Lorsque le choix d’une action requiert de renoncer à l’action de second rang, il s’agit du bénéfice net de l’alternative à laquelle on renonce.
coût marginal
L’effet sur le coût total de produire une unité additionnelle. Cela correspond à la pente de la fonction de coût total en tout point.
coût moyen
Le coût total de la production d’une entreprise divisé par le nombre d’unités produites.
coûts d’entrée
Coûts initiaux qui seraient subis quand un vendeur entre dans un marché ou une industrie. Ceux-ci incluent les coûts d’acquisition et d’équipement de nouveaux locaux, la recherche et développement, les brevets nécessaires, ainsi que les coûts liés à la recherche et l’embauche du personnel.
coûts d’étiquetage
Les ressources utilisées pour fixer et actualiser les prix.
coûts fixes
Coûts de production qui ne varient pas avec le nombre d’unités produites.
crise financière mondiale
Cela commence en 2007 avec l’effondrement des prix de l’immobilier aux États-Unis, entraînant la chute des prix des actifs basés sur les prêts hypothécaires à risque et l’incertitude généralisée quant à la solvabilité des banques américaines et européennes qui ont emprunté pour acheter de tels actifs. Les ramifications se font sentir partout dans le monde, alors que le commerce mondial est fortement réduit. Les gouvernements et les banques centrales réagissent de manière agressive aux politiques de stabilisation.
cycle du crédit
Alternance de périodes d’accès au crédit plus facile (voire immédiat) et plus difficile.
cycle économique
Périodes successives de taux de croissance plus rapides et plus lents (voire négatifs). L’économie passe de l’expansion à la récession et revient à l’expansion. Voir également : fluctuations économiques.
déficit budgétaire public
Quand le solde budgétaire de l’État est négatif. Voir également : solde budgétaire de l’État, excédent budgétaire public.
déficit commercial
La balance commerciale d’un pays lorsqu’elle est négative (le pays importe plus qu’il n’exporte). Voir également : excédent commercial, balance commerciale.
dépense publique (G)
Les dépenses de l’État pour acquérir des biens et services. Quand G est utilisé comme composante de la demande agrégée, cela n’inclut pas les dépenses de transfert, comme les pensions de retraite ou les allocations chômage. Voir également : transferts de l’État.
dépréciation
La perte de valeur d’une forme de richesse qui a lieu, soit à cause de l’utilisation (usure) ou du passage du temps (obsolescence).
dérégulation financière
Politiques publiques donnant aux banques et autres institutions financières plus de liberté quant aux types d’actifs financiers qu’elles peuvent vendre, ainsi que d’autres pratiques.
déséconomies d’échelle
C’est le cas lorsque doubler tous les facteurs de production fait moins que doubler le niveau de la production. Connu également sous le terme : rendements d’échelle décroissants. Voir également : économies d’échelle.
destruction créatrice
Nom attribué par Joseph Schumpeter au processus par lequel les anciennes technologies et les entreprises qui ne s’adaptent pas sont évincées par les nouvelles, car elles ne peuvent plus rivaliser sur le marché. Selon lui, l’échec des entreprises non rentables est créateur, car il libère le travail et les biens d’équipement pouvant être utilisés dans de nouvelles combinaisons. Voir également : (côté) « offre ».
dette publique
La somme de toutes les obligations vendues par l’État au cours du temps pour financer le déficit, moins celles arrivées à échéance.
diffusion
La propagation de l’invention dans l’économie.
dilemme social
Une situation dans laquelle les actions prises indépendamment par les individus afin de réaliser leurs propres objectifs privés génèrent un résultat qui est inférieur à d’autres résultats possibles qui auraient pu avoir lieu si les individus avaient agi collectivement, plutôt qu’individuellement.
disposition à accepter
Le prix de réserve d’un vendeur potentiel, qui serait prêt à vendre une unité seulement à un prix au moins aussi élevé. Voir également : disposition à payer.
disposition à payer
Un indicateur de la valeur attribuée à un bien par un individu, mesurée par la somme maximale que cet individu est prêt à payer pour obtenir une unité de ce bien. Voir également : disposition à accepter.
droit de douane
Une taxe sur un bien importé dans un pays.
droite de meilleur ajustement
La droite d’ajustement la plus proche de l’ensemble des données. Connu également sous le terme : droite de régression linéaire.
écart de négociation
La différence entre, d’une part, le salaire réel que les entreprises souhaitent offrir afin de donner aux travailleurs des incitations à travailler et, d’autre part, le salaire réel qui permet aux entreprises d’obtenir la marge sur les coûts qui maximise les profits étant donné le degré de concurrence.
économie de gamme
Économies en termes de coûts, réalisées lorsque deux produits ou plus sont produits conjointement par une même entreprise, au lieu d’être produits dans des entreprises distinctes.
économies d’échelle
C’est le cas lorsque doubler tous les facteurs de production fait plus que doubler le niveau de la production. Connu également sous le terme : rendements d’échelle croissants. Voir également : déséconomies d’échelle.
élasticité-prix de la demande
La variation en pourcentage dans la demande qui aurait lieu en réponse à une hausse du prix de 1 %. On l’exprime comme un nombre positif. La demande est élastique si l’élasticité est supérieure à 1, et inélastique si l’élasticité est inférieure à 1.
élasticité-revenu de la demande
La variation en pourcentage dans la demande qui aurait lieu en réponse à une hausse du revenu individuel de 1 %.
endogène
Résultant des relations d’un modèle, plutôt qu’en provenance de l’extérieur du modèle. Voir également : exogène.
ensemble des possibles
Toutes les combinaisons des choses considérées qu’un individu pourrait choisir, étant donné les contraintes économiques, physiques ou autres auxquelles il fait face.
épargne
Quand la dépense de consommation est inférieure au revenu net, il y a épargne et la richesse augmente. Voir également : richesse.
équilibre (d’un marché)
Un état d’un marché dans lequel les quantités vendues et achetées ainsi que le prix de marché ne changent pas, à moins qu’il y ait un changement dans les coût sous-jacents, les préférences ou d’autres déterminants du comportement des acteurs du marché.
étalon-or
Le système de taux de change fixe, abandonné pendant la Grande Dépression, par lequel la valeur d’une monnaie est définie en termes d’or, pour laquelle la monnaie peut être échangée. Voir également : Grande Dépression.
État développementaliste
Un État qui tient un rôle majeur dans la promotion du développement économique via des investissements publics, la subvention de certains secteurs, l’éducation ainsi que d’autres politiques publiques.
excédent budgétaire public
Quand le solde budgétaire de l’État est positif. Voir également : solde budgétaire de l’État, déficit budgétaire public.
excédent commercial
La balance commerciale d’un pays lorsqu’elle est positive (le pays exporte plus qu’il n’importe). Voir également : déficit commercial, balance commerciale.
excès de demande
Une situation dans laquelle la quantité d’un bien demandée est supérieure à la quantité offerte au prix en vigueur.
exclu du crédit
Une description des individus qui ne peuvent pas obtenir de prêt, quelles que soient les conditions. Voir également : contraint par le crédit.
exogène
Qui vient de l’extérieur du modèle plutôt que résultant des mécanismes du modèle lui-même. Voir également : endogène.
expérience naturelle
Une étude empirique qui exploite des groupes de comparaison advenus naturellement et où les chercheurs n’ont pas la capacité d’assigner des participants à des groupes de traitement et de contrôle, comme c’est le cas dans les expérimentations conventionnelles. Parfois, des différences de législations, de politiques publiques, de climats et d’autres événements peuvent offrir l’opportunité d’analyser les populations comme si elles avaient fait partie d’une expérience. La validité de telles études repose sur le postulat que l’allocation des sujets aux groupes de contrôle et de traitement produits naturellement peut être considérée comme aléatoire.
exportations (X)
Biens et services produits dans un pays particulier et vendus aux ménages, entreprises et États du reste du monde.
externalités
Des effets positifs ou négatifs d’une production, consommation ou d’une autre décision économique sur un autre individu ou plusieurs, qui n’est pas spécifié comme actif ou passif dans un contrat. L’effet est dit « externe », car l’effet en question est extérieur au contrat. Connus également sous le terme : effets externes. Voir également : défaillance du marché.
facteurs de production
Le travail, les machines et équipements (souvent désignés par le capital), les terres et les autres facteurs de production. Voir également : facteur travail, facteur capital.
flux
Une quantité mesurée par unité de temps, telle que le revenu annuel ou le salaire horaire.
fonction d’investissement (agrégé ou global)
Une équation qui représente la façon dont la dépense d’investissement dans l’économie globale dépend d’autres variables, c’est-à-dire le taux d’intérêt et les anticipations de profits. Voir également : taux d’intérêt, profit économique.
fonction de consommation (agrégée)
Une équation qui montre comment les dépenses de consommation dans l’ensemble de l’économie dépendent d’autres variables. Voir également : revenu disponible, consommation autonome.
fonction de production
Une expression graphique ou mathématique décrivant la quantité qui peut être produite pour tout montant donné ou toute combinaison donnée de facteurs de production. La fonction décrit les différentes technologies capables de produire la même chose.
gaz à effet de serre
Gaz – principalement la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone, le méthane et l’ozone – relâchés dans l’atmosphère terrestre et qui conduisent à une augmentation de la température atmosphérique et au changement climatique.
Grande Dépression
La période de forte baisse de la production et de l’emploi dans de nombreux pays dans les années 30.
Grande Modération
Période de faible volatilité de la production globale dans les économies avancées entre les années 80 et la crise financière de 2008. Le nom est suggéré par les économistes James Stock et Mark Watson et popularisé par Ben Bernanke, alors président de la Réserve fédérale. Voir également : fluctuations économiques.
Grande Récession
La récession prolongée qui fait suite à la crise financière mondiale de 2008.
hypothèque (ou prêt hypothécaire)
Un prêt contracté par des ménages ou entreprises pour acquérir une propriété sans payer toute sa valeur en une fois. L’emprunteur rembourse le prêt augmenté des intérêts sur une période de plusieurs années. La dette est garantie par le bien lui-même, qui est désigné comme le collatéral. Voir également : collatéral.
importations (M)
Biens et services produits dans le reste du monde et achetés par les ménages, les entreprises et l’État de l’économie domestique.
industrie naissante (ou dans l’enfance)
Un secteur industriel relativement nouveau dans un pays et dont les coûts sont relativement élevés, car son apparition récente implique qu’il a peu d’avantage à tirer de l’apprentissage par la pratique, sa faible taille le prive d’économies d’échelle ou parce que le manque d’entreprises similaires ne permet pas d’économies d’agglomération. La mise en place temporaire de droits de douane pour protéger ce secteur ou d’autres formes de soutien peuvent augmenter la productivité de l’économie considérée à long terme.
innovation de procédé
Une innovation qui permet à un bien ou service d’être produit à un coût moins élevé que ses concurrents.
innovation de produit
Une innovation qui produit un nouveau bien ou service à un coût qui attirera des acheteurs.
innovation
Le processus d’invention et de diffusion dans son ensemble.
insolvable (en faillite)
Une entité est dite « insolvable » si la valeur de son actif est inférieure à celle de son passif. Voir également : solvable.
institutions
Les lois et coutumes sociales régissant l’interaction des individus dans la société.
intensif en capital
Se dit de l’utilisation d’une plus grande quantité de capital (par exemple, les machines et équipements) par rapport au travail et aux autres facteurs de production.
intensité en capital (de la production)
La quantité de biens d’équipement par travailleur.
invention
Le développement de nouvelles méthodes de production et de nouveaux produits.
investissement de portefeuille à l’étranger
L’acquisition d’obligations ou d’actions dans un pays étranger où la détention d’actifs étrangers n’est pas assez importante pour donner au propriétaire un droit de contrôle important sur l’entité détenue. L’investissement direct à l’étranger (IDE) implique par contre la propriété et un contrôle important sur les actifs détenus. Voir également : investissement direct à l’étranger.
investissement direct à l’étranger (IDE)
Propriété et contrôle important d’actifs dans un pays étranger. Voir également : investissement de portefeuille à l’étranger.
limite inférieure nulle
Elle fait référence au fait que le taux d’intérêt nominal ne peut pas être négatif, fixant ainsi à zéro le plancher du taux d’intérêt nominal pouvant être fixé par la banque centrale.
logarithme naturel (ln)
Une façon de mesurer une quantité, basée sur la fonction ln, f (x) = ln (x). La fonction ln convertit un rapport en une différence : ln (a / b) = ln (a) - ln (b). Ceci est très utile pour travailler avec des taux de croissance. Par exemple, si le revenu national double, passant de 50 à 100 dans un pays pauvre et de 1 000 à 2 000 dans un pays riche, la différence absolue dans le premier cas est de 50 et dans le second de 1 000, mais ln (100) - ln (50) = 0,693 et ln (2 000) - ln (1 000) = 0,693. Dans chaque cas, le rapport est 2 et ln (2) = 0,693.
marché du travail
Dans ce marché, les employeurs proposent un salaire aux individus qui peuvent choisir de travailler pour eux. Les économistes disent que les employeurs sont du côté « demande » du marché, tandis que les employés sont du côté « offre ». Voir également : population active.
mondialisation
Un processus par lequel les économies du monde entier sont de plus en plus intégrées les unes aux autres, par le biais de frontières nationales plus perméables aux flux de biens, d’investissements, de finance et dans une moindre mesure, de main-d’œuvre. Le terme est parfois utilisé dans un sens plus large et englobe les idées, la culture, voire la diffusion d’épidémies.
monnaie
Un intermédiaire d’échange consistant en des billets de banque et des dépôts bancaires, ou de toute autre chose pouvant être utilisée pour acheter des biens et des services, et qui est acceptée comme paiement, car d’autres peuvent l’utiliser à cette même fin.
New Deal
Le programme du président des États-Unis Franklin Roosevelt, lancé en 1933, de travaux publics d’urgence et programmes de secours visant à employer des millions de personnes. Il établit les structures de base des programmes de protection sociale, des politiques et des réglementations du travail modernes de l’État.
norme sociale
Un accord commun entre la plupart des membres d’une société sur ce que les individus devraient faire dans une situation donnée, quand leurs actions affectent les autres.
obligation d’État
Un instrument financier émis par les États, promettant de payer des flux d’argent à des périodes déterminées.
obligation
Un type d’actif financier où l’émetteur s’engage à payer au détenteur un montant donné dans le temps. Connu également sous le terme : obligations de sociétés.
obligations adossées à des actifs (CDO en anglais)
Un instrument financier structuré (un produit dérivé) consistant en une obligation ou un bon négociable adossés à une combinaison de titres à revenu fixe. L’effondrement de la valeur de ces instruments qui étaient adossés à des prêts hypothécaires « subprimes » fut un facteur important de la crise financière de 2007-2008.
oligopole
Un marché avec un petit nombre de vendeurs, donnant à chaque vendeur un certain pouvoir de marché.
parité de pouvoir d’achat (PPA)
Une correction statistique qui permet de comparer la quantité de biens et de services que des individus peuvent acheter dans des pays différents avec des devises différentes. Voir également : prix constants.
passif
Toute chose de valeur qui est due. Voir également : bilan, actif.
point de bascule (environnemental)
D’un côté du seuil critique, les processus de dégradation environnementale se limitent d’eux-mêmes. De l’autre côté, les effets de rétroaction positive mènent à une dégradation environnementale accélérée et auto-entretenue. Voir également : rétroaction positive (effet de).
politique de dépollution
Une politique qui a pour objectif de réduire (lutter contre) les dommages environnementaux.
politiques de l’offre
Un ensemble de politiques économiques visant à améliorer le fonctionnement de l’économie en augmentant la productivité et la compétitivité internationale et en réduisant les profits après impôts et les coûts de production. Ces politiques incluent celles visant à diminuer la taxation des profits, à durcir les conditions d’obtention des allocations chômage, à changer la législation pour faciliter le licenciement et à réformer les politiques de concurrence pour réduire le pouvoir de monopole. Connu également sous le terme : réformes du côté de l’offre.
population active
Le nombre de personnes au sein de la population en âge de travailler qui ont ou aimeraient avoir un emploi rémunéré. Ils sont soit employés (cela inclut les indépendants), soit au chômage. Voir également : taux de chômage, taux d’emploi, taux de participation.
population en âge de travailler
Une convention statistique qui, dans plusieurs pays, s’applique à toutes les personnes âgées de 15 à 64 ans.
préférences
Une description du bénéfice ou du coût que nous associons à chaque résultat possible.
Première et Seconde mondialisation
Deux périodes distinctes de l’intensification de l’intégration de l’économie mondiale : la première s’étend des années antérieures à 1870 jusqu’au déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914 et la seconde s’étend de la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au 21e siècle en cours. Voir également : mondialisation.
preneur de prix
Caractéristique des producteurs et des consommateurs qui ne peuvent pas bénéficier d’une transaction à un prix autre que celui à l’équilibre du marché concurrentiel. Ils n’ont aucun pouvoir pour influencer le prix du marché.
prêt hypothécaire à risque
Une hypothèque immobilière émise à un emprunteur à haut risque, par exemple un emprunteur ayant des antécédents de faillite et des remboursements différés.
principe du pollueur-payeur
Une orientation pour la politique environnementale selon laquelle ce sont ceux qui imposent aux autres des conséquences environnementales négatives qui devraient payer pour les dommages causés, par des taxes ou d’autres moyens.
prix constants
Prix corrigés de l’augmentation des prix (inflation) ou de leur baisse (déflation) de telle sorte qu’une unité de monnaie représente toujours le même pouvoir d’achat à différentes périodes de temps. Voir également : parité pouvoir d’achat.
prix relatif
Le prix d’un bien ou d’un service relatif à un autre (habituellement exprimé sous forme d’un ratio).
production agrégée
La production totale au sein d’une économie, agrégeant tous les secteurs et toutes les régions.
productivité du travail
Quantité totale produite divisée par le nombre d’heures ou une autre mesure du facteur travail.
productivité marginale
La quantité additionnelle produite en utilisant une unité additionnelle d’un facteur en particulier, en gardant les autres facteurs constants.
productivité moyenne
Quantité totale produite divisée par un facteur de production particulier, par exemple par travailleur (divisée par le nombre de travailleurs) ou par travailleur et par heure (production totale divisée par le nombre total d’heures de travail).
produit différencié
Un produit d’une seule entreprise qui a des caractéristiques uniques qui le différencient des produits des autres entreprises.
produits dérivés
Un instrument financier sous la forme d’un contrat qui peut être échangé, dont la valeur est basée sur la performance des actifs sous-jacents tels que des actions, obligations ou des biens immobiliers. Voir également : obligations adossées à des actifs (CDO en anglais).
profit économique
Les recettes d’une entreprise auxquelles on soustrait les coûts totaux (y compris le coût d’opportunité du capital).
profits normaux
Correspondent aux profits économiques nuls et impliquent que le taux de profit est égal au coût d’opportunité du capital. Voir également : profit économique, coût d’opportunité du capital.
propension marginale à consommer (PMC)
La variation de la consommation lorsque le revenu disponible varie d’une unité.
propriété
Le droit d’utiliser et d’exclure des tiers de l’usage d’une chose tout en ayant le droit de vendre le bien possédé.
quota
Une limite imposée par le gouvernement sur le volume des importations pouvant entrer dans l’économie au cours d’une période donnée.
ratio de levier (pour des banques ou ménages)
La valeur des actifs divisée par la participation en capital dans ces actifs.
récession
Le Bureau national de recherche économique des États-Unis la définit comme une période où la production diminue. Elle est finie une fois que l’économie recommence à croître. Une autre définition est une période où le niveau de production est inférieur à son niveau normal, même si l’économie est en croissance. Elle n’est pas finie tant que la production n’a pas suffisamment augmenté pour revenir à la normale. Cette dernière définition pose le problème que le niveau « normal » est subjectif. Voir également : fluctuations économiques, crise économique, dépression.
relance budgétaire
L’utilisation par le gouvernement de la politique budgétaire (via une combinaison de baisse des taxes et de hausse des dépenses) dans le but d’augmenter la demande globale. Voir également : politique budgétaire, demande agrégée (ou globale).
rendements d’échelle croissants
C’est le cas lorsque doubler tous les facteurs de production fait plus que doubler le niveau de la production. Connu également sous le terme : économies d’échelle. Voir également : rendements d’échelle décroissants.
rendements d’échelle décroissants
C’est le cas lorsque doubler tous les facteurs de production fait moins que doubler le niveau de la production. Connu également sous le terme : déséconomies d’échelle. Voir également : rendements d’échelle croissants.
rente d’emploi
La rente économique qu’un travailleur reçoit quand la valeur nette de son emploi excède la valeur nette de son alternative de second rang (c’est-à-dire être au chômage). Connu également sous le terme : coût de la perte d’emploi.
rente économique
Le surcroît de paiement ou d’un autre bénéfice reçu par l’individu par rapport à ce qu’il aurait reçu avec son alternative de second rang (ou option de réserve).
rentes d’innovation
Surplus de profits par rapport au coût d’opportunité du capital qu’un innovateur génère en introduisant une nouvelle technologie, structure organisationnelle ou stratégie de marketing. Voir également : coût d’opportunité du capital.
réserves (ressources naturelles)
La quantité d’une ressource naturelle qu’il est économiquement possible d’extraire étant donné les technologies existantes. Voir également : ressources (naturelles).
ressources (naturelles)
La quantité totale estimée d’une substance dans la croûte terrestre. Voir également : réserves (ressources naturelles).
rétroaction négative (effet de)
Un processus par lequel un changement initial enclenche un processus qui atténue le changement initial. Voir également : rétroaction positive (effet de).
rétroaction positive (effet de)
Un processus par lequel un changement initial déclenche un processus qui amplifie le changement initial. Voir également : rétroaction négative (effet de).
revenu disponible
Le revenu disponible après paiement des impôts et réception des transferts de l’État.
revenu
Le montant de profits, d’intérêts, de rentes, de salaires, et les autres paiements (y compris les transferts de l’État) reçus, net des impôts payés, mesuré sur une période donnée telle qu’une année. Le revenu correspond à la quantité maximale qu’un individu peut consommer sans modifier sa richesse. Connu également sous le terme : revenu disponible.
revenus d’activité
Salaires et tout autre type de revenu tiré du travail.
Révolution industrielle
Une vague d’avancées technologiques et de changements organisationnels qui a commencé en Grande-Bretagne au 18e siècle, et qui a transformé une économie basée sur l’agriculture et l’artisanat en une économie du commerce et de l’industrie.
richesse cible
Le niveau de richesse qu’un ménage cherche à conserver, en fonction de ses objectifs économiques (ou préférences) et de ses attentes. Nous supposons que les ménages essaient de maintenir ce niveau de richesse face aux changements de leur situation économique, aussi longtemps que cela est possible.
richesse
Stock des choses que l’on possède, ou valeur de ce stock. Cela comprend la valeur de marché de la maison, voiture, terre, immeuble, machine ou autre bien d’équipement que l’on possède, ainsi que les actifs financiers comme les actions ou obligations. On y soustrait toutes les dettes, par exemple le prêt hypothécaire à la banque. On y ajoute les dettes que d’autres personnes ont à notre égard.
ruée bancaire
Une situation dans laquelle les déposants retirent leur argent d’une banque parce qu’ils ont peur qu’elle fasse faillite et ne puisse plus rembourser ses dettes (en ne remboursant pas les fonds dus aux déposants). Connu également sous le terme : panique bancaire.
sauvetage des banques
L’État achète une participation au capital d’une banque, ou toute autre intervention pour l’empêcher de faire faillite.
science économique
L’étude de la manière dont les individus interagissent entre eux et avec leur environnement naturel afin d’assurer leur subsistance, et comment celle-ci peut varier au cours du temps.
série chronologique
Un ensemble d’observations d’une variable, ordonnées dans le temps, prises à des moments (ou des points dans le temps) successifs, dans la plupart des cas réguliers.
solde budgétaire de l’État
La différence entre les recettes fiscales de l’État et les dépenses publiques (y compris les achats de biens et services des pouvoirs publics, l’investissement et les dépenses en transferts, comme les retraites et les allocations chômage). Voir également : déficit budgétaire public, excédent budgétaire public.
solvable
Une entreprise ou un individu dont la richesse nette est positive ou nulle. Par exemple, une banque pour laquelle l’actif est supérieur au passif (ce qu’elle doit). Voir également : insolvable.
spirale salaires-prix
Elle apparaît quand une augmentation initiale des salaires dans l’économie est suivie d’une augmentation du niveau des prix, qui est suivie d’une augmentation des salaires, et ainsi de suite. Peut aussi être initiée par une augmentation initiale du niveau des prix.
stagflation
Une forte inflation persistante combinée à un chômage élevé dans l’économie d’un pays. Voir également : inflation, désinflation.
stock
Une quantité mesurée à un instant T. Ses unités ne dépendent pas du temps. Voir également : flux.
système économique
Les institutions qui organisent la production et la distribution des biens et services dans toute une économie.
taux d’emploi
Le ratio du nombre de personnes en emploi sur la population en âge de travailler. Voir également : population en âge de travailler.
taux (d’intérêt) directeur
Le taux d’intérêt fixé par la banque centrale, qui s’applique aux banques qui s’empruntent mutuellement de la monnaie centrale ou en empruntent à la banque centrale. Connu également sous le terme : taux de référence, taux officiel. Voir également : taux d’intérêt réel, taux d’intérêt nominal.
taux d’intérêt nominal
Le taux d’intérêt non corrigé de l’inflation. C’est le taux d’intérêt des banques classiques. Voir également : taux d’intérêt réel, taux d’intérêt.
taux d’intérêt réel
Le taux d’intérêt corrigé de l’inflation (c’est-à-dire le taux d’intérêt nominal moins le taux d’inflation). Il représente la quantité de biens obtenus dans le futur quand on renonce aux biens dans le présent. Voir également : taux d’intérêt nominal, taux d’intérêt.
taux d’intérêt
Le prix à payer pour augmenter son pouvoir d’achat maintenant. Voir également : taux d’intérêt nominal, taux d’intérêt réel.
taux de change
Le nombre d’unités de monnaie domestique qui peut être obtenu contre une unité de devise étrangère. Par exemple, le taux de change du dollar australien contre le dollar américain ($) correspond au nombre de dollars australiens par $. Ici, une augmentation du taux de change correspond à une dépréciation du dollar australien, tandis qu’une baisse implique une appréciation du dollar australien.
taux de marque
Le prix moins le coût marginal divisé par le prix.
taux de participation
Le nombre de personnes de la population active rapporté à la population en âge de travailler. Voir également : population active, population en âge de travailler.
taux des prêts (bancaires)
Le taux d’intérêt moyen facturé par les banques commerciales aux entreprises et ménages. Ce taux est généralement supérieur au taux directeur : la différence est la marge ou le spread sur les prêts commerciaux. Connu également sous le terme : taux d’intérêt du marché. Voir également : taux d’intérêt.
taylorisme
Innovation dans la gestion qui a pour but de réduire le coût du travail, par exemple en divisant les emplois qualifiés en plusieurs tâches demandant peu de qualification dans l’optique de diminuer les salaires.
technologie
Un procédé transformant un ensemble de matériaux et d’autres facteurs de production, y compris la force de travail et les machines, en production.
technologies à usage général
Avancées technologiques ayant des applications à de nombreux secteurs, qui peuvent rapidement être améliorées et engendrent d’autres innovations. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) et l’électricité sont deux exemples classiques.
tragédie des biens communs
Un dilemme social dans lequel les individus mus par leurs seuls intérêts épuisent une ressource commune, réduisant ainsi les gains de tous. Voir également : dilemme social.
transferts de l’État
Dépense de l’État sous la forme de paiements aux ménages ou individus. Les allocations chômage et les pensions de retraite sont des exemples de transferts. Les transferts ne sont pas inclus dans la dépense publique (G) de la comptabilité nationale. Voir également : dépense publique (G).
Trente Glorieuses (du capitalisme)
La période de forte croissance de la productivité, de taux d’emploi élevé et d’inflation faible et stable, allant de la fin de la Seconde Guerre mondiale au début des années 70.