Chapitre 3 Les échanges économiques

3.1 Introduction

Regardez les objets dans votre environnement de travail. Connaissez-vous la personne qui les a fabriqués ? Même question pour vos habits ou toute autre chose dans votre champ de vision.

Maintenant, imaginez que nous sommes en 1776, l’année où Adam Smith a écrit La Richesse des nations. Les mêmes questions, posées n’importe où dans le monde, auraient-elles une réponse différente ?

coût d’opportunité
Lorsque le choix d’une action requiert de renoncer à l’action de second rang, il s’agit du bénéfice net de l’alternative à laquelle on renonce.
spécialisation
Elle apparaît quand un pays ou toute autre entité produit une gamme de biens et services plus étroite que ceux qu’ils consomment ; il leur faut acquérir par l’échange les biens et services qu’ils ne produisent pas.
marché
Un marché est une manière de mettre en relation des personnes qui pourront mutuellement en bénéficier via l’échange de biens et services à travers un processus d’achat et de vente.
flux
Une quantité mesurée par unité de temps, telle que le revenu annuel ou le salaire horaire. Voir également : stock.

Afin de répondre à cette question, nous verrons dans ce chapitre que les coûts d’opportunité des différents produits conduisent naturellement les producteurs à se spécialiser (Section 3.2). Nous observerons ensuite que cette spécialisation entraîne un échange de biens et services, interindividuel ou international, qui se réalise sur un marché (Section 3.3). Nous ferons le constat qu’il en découle des interrelations multiples de flux réels et de flux monétaires, qui peuvent correspondre à un circuit économique élémentaire (Section 3.4).

monnaie
Un intermédiaire d’échange consistant en des billets de banque et des dépôts bancaires, ou de toute autre chose pouvant être utilisée pour acheter des biens et des services, et qui est acceptée comme paiement, car d’autres peuvent l’utiliser à cette même fin.

Nous verrons ensuite que le troc est à l’origine de la monnaie (Section 3.5). La monnaie sous de nombreuses formes constitue un instrument essentiel de l’activité économique. Elle sert à la fois d’intermédiaire des échanges, de réserve de valeur et d’unité de compte (Section 3.6).

actif
Toute chose de valeur qui est possédée.
Contexte et finalités Notions
Les coûts d’opportunité des différents produits conduisent naturellement les producteurs à se spécialiser. Cette spécialisation entraîne un échange de biens et services, interindividuel ou international, qui se réalise dans le cadre d’un marché (lieu physique ou virtuel). Il en découle des interrelations multiples de flux réels et de flux monétaires, qui peuvent correspondre à un circuit économique élémentaire. La spécialisation des producteurs et des pays, les échanges. Circuit économique élémentaire.
La monnaie (sous de nombreuses formes) constitue un instrument essentiel de l’activité économique. Elle sert à la fois d’intermédiaire des échanges, de réserve de valeur et d’unité de compte. Par rapport aux autres actifs, elle a la propriété d’être acceptée comme moyen de paiement universel, immédiatement et sans coût. Les différentes fonctions et formes de la monnaie. Troc, monnaie métallique, fiduciaire, scripturale, électronique.

Les échanges économiques : notions, contexte et finalités.

Tableau 3.1 Les échanges économiques : notions, contextes et finalités.

3.2 La spécialisation des producteurs et des pays

Nous sommes en 1776, l’année où Adam Smith a écrit La Richesse des nations.

À cette époque, de nombreuses familles produisaient une variété de biens pour leur propre consommation, dont des cultures, de la viande, des habits et même des outils. Nombre de choses que vous auriez observées à l’époque d’Adam Smith auraient été fabriquées par un membre de la famille ou du village. Vous auriez vous-même façonné quelques objets ; d’autres auraient été réalisés localement ou achetés sur le marché du village.

L’un des changements qui étaient en cours à la période où Adam Smith a vécu, mais s’est grandement accéléré depuis, est la spécialisation dans la production de biens et services. Comme Smith l’expliquait, nous devenons meilleurs dans la production de biens quand nous nous concentrons sur un nombre limité d’activités. Cela est vrai pour trois raisons :

Ce sont les avantages à travailler sur un nombre limité de tâches ou de produits. Les gens ne produisent pas en général la diversité des biens et services qu’ils utilisent ou consomment au quotidien. À la place, nous nous spécialisons, certains produisant un bien, d’autres produisant d’autres biens, certains travaillant comme soudeurs, d’autres comme enseignants ou fermiers.

Quel est l’intérêt pour une personne, pour un producteur de se spécialiser ?

Une économie dans son ensemble peut produire davantage quand chaque individu se spécialise dans une activité productive et échange avec les autres.

Pourquoi une personne peut produire moins qu’une autre ?

La productivité, l’expérience, le savoir-faire, l’introduction des machines, la motivation, la rémunération, la qualité de vie dans les conditions de travail, la santé, la force physique sont des éléments à prendre en compte dans la production d’un bien ou d’un service.

Pourquoi les travailleurs n’ont-ils pas les mêmes compétences ?

Chaque travailleur dispose de plus ou moins de compétences, de plus ou moins d’intelligence, de formation, de talent, de méthode, d’organisation, d’attitudes… Nous sommes dans une situation où il y a des inégalités d’instruction, de formation, de niveau de vie, etc.

En utilisant le même raisonnement, nous allons expliquer pourquoi des pays entiers se spécialisent dans certains biens et services, et certains dans d’autres. Les ressources naturelles et le climat des pays diffèrent. Pour des raisons climatiques, produire des bananes en Allemagne serait très coûteux. C’est pour cela que les Allemands produisent d’autres types de biens.

Citez pour deux articles de votre choix l’origine du pays de fabrication ? Que constatez-vous ?

Les articles que l’on achète, que l’on porte, que l’on mange sont parfois originaires de pays lointains. C’est le cas de certaines denrées alimentaires, des vêtements, des meubles, des ordinateurs ou encore des véhicules.

Pourquoi certains types de biens sont produits dans certains pays ?

Le climat, la fertilité des terres, le coût des matières premières, le coût de la main-d’œuvre sont des éléments à prendre en compte dans la spécialisation d’un pays.

Quels sont, selon vous, les pays qui produisent et consomment le plus dans le monde ? Déduisez-en l’idée principale.

En fonction des richesses produites (PIB) : États-Unis, Chine, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, Inde et France. Ce sont ces mêmes pays qui consomment le plus.

Pourquoi aujourd’hui et en 1776, la situation a changé concernant la connaissance de l’origine des produits ?

En 1776 et avant, les consommateurs connaissaient (personnellement) celui ou celle qui avait fabriqué tel produit. Les individus achetaient des produits proches de leur domicile. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Nous ne sommes plus au courant du fait de la multiplication des échanges et notamment internationaux. Au mieux, le consommateur connaît l’origine du pays.

Pourrions-nous imaginer un monde, où chaque pays fabriquerait les mêmes produits ? Concluez que la spécialisation d’aujourd’hui est préférable à l’autosuffisance du passé.

La diversité des produits est préférable à l’homogénéité ! Le consommateur devient plus exigeant en termes de qualité, d’originalité, de fiabilité, de design. La spécialisation permet aux individus de produire davantage dans un temps imparti : le consommateur dispose d’un meilleur choix et bien souvent une meilleure qualité et d’un prix intéressant. L’autosuffisance est un système qui réduit les possibilités de consommation.

Question 3.1 Choisissez la bonne réponse

Parmi les cas suivants, lequel correspond à des biens produits en France ?

  • Les smartphones
  • Les avions A340
  • Les bananes
  • Les paires de baskets
  • Les smartphones sont des biens produits en Chine, par exemple.
  • Les avions A340 sont des biens produits en France, notamment.
  • Les bananes sont des biens produits en Côté d’Ivoire, par exemple.
  • Les paires de baskets sont des biens produits en Indonésie, par exemple.

3.3 Les échanges

Les coûts d’opportunité des différents produits conduisent naturellement les producteurs à se spécialiser. En général, les personnes ne produisent pas la diversité des biens et services qu’elles utilisent ou consomment au quotidien. À la place, elles se spécialisent.

Les différents échanges : l’échange de bien et de service, l’échange interindividuel et international

Les machines-outils (comme les outils de coupe de précision) fabriquées dans le sud de l’Allemagne sont utilisées dans la production d’ordinateurs sur la côte sud de la Chine. Ces ordinateurs utilisent des logiciels produits au Bangalore et en Californie. Ils sont ensuite distribués à travers le monde grâce à des compagnies aériennes américaines et anglaises qui utilisent des avions construits près de Seattle, aux États-Unis, pour être vendus à leurs utilisateurs dans le monde entier. Les producteurs de ces marchandises mangent des aliments cultivés au Canada ou en Ukraine et portent des chemises fabriquées à l’île Maurice.

Question 3.2 Complétez le tableau

Échange Lieu de production Bien ou service Interindividuel ou international
Machines-outils
Ordinateurs
Logiciels
Avions
Aliments
Chemises

Néanmoins, les personnes se spécialisent si elles disposent d’un moyen d’acquérir les autres biens dont elles ont besoin : il leur faut acquérir par l’échange les biens et services qu’ils ne produisent pas. Cette spécialisation entraîne un échange de biens et services, interindividuel ou international, qui se réalise dans le cadre d’un marché (lieu physique ou virtuel). La spécialisation implique l’échange, car en produisant moins de variétés de biens et services que vous n’en utilisez, vous devez échanger pour acquérir ce que vous ne produisez pas.

Montrez par cette illustration que l’échange et la spécialisation sont liés.

Ces exemples montrent que l’échange et la spécialisation sont les deux faces d’un même processus. Chacune fournit les conditions nécessaires à l’existence de l’autre. En l’absence d’échange, les ouvriers fabriquant des machines-outils à Stuttgart ne pourraient pas manger le pain produit grâce au blé importé d’Ukraine ou du Canada, ni porter les vêtements confectionnés à l’île Maurice. S’ils devaient pourvoir eux-mêmes à leurs besoins, nombreux parmi eux seraient agriculteurs ou ouvriers du textile. S’il n’y avait pas de spécialisation, il y aurait peu à échanger. L’échange international résulte de la spécialisation des pays.

Marché Offreurs Demandeurs
Marché de biens et de services Entreprises : offre de biens et de services Ménages : demande de biens et de services
Marché du travail Entreprises : offre d’emplois Ménages : demande d’emploi
Marché des capitaux Ménages : offre de capitaux Entreprises : demande de capitaux

Les différents marchés.

Tableau 3.2 Les différents marchés.

Citez les différents marchés ? Comment pouvez-vous définir un marché ?

Les marchés sont multiples : il y a le marché des biens et de services, le marché du travail et le marché des capitaux. Le marché peut se définir comme un lieu de rencontre entre l’offre et la demande.

Question 3.3 Choisissez les bonnes réponses

Parmi les cas suivants, lesquels correspondent à un échange sur le marché du travail ?

  • Une personne vend son appartement.
  • Une personne est recrutée chez Carrefour.
  • Une entreprise ouvre son capital.
  • Un étudiant trouve un emploi saisonnier.
  • Une personne qui vend son appartement correspond à un échange sur le marché des biens et des services.
  • Une personne qui est recrutée chez Carrefour correspond à un échange sur le marché du travail.
  • Une entreprise qui ouvre son capital correspond à un échange sur le marché des capitaux.
  • Un étudiant qui trouve un emploi saisonnier correspond à un échange sur le marché du travail.

Question 3.4 Choisissez la bonne réponse

Parmi les cas suivants, lequel correspond à des acteurs sur le marché du travail ?

  • Les consommateurs
  • Les travailleurs
  • Les prêteurs
  • Les associés ou les actionnaires
  • Les consommateurs correspondent à des acteurs sur le marché des biens et des services.
  • Les travailleurs correspondent à des acteurs sur le marché du travail.
  • Les prêteurs correspondent à des acteurs sur le marché des capitaux.
  • Les associés ou les actionnaires correspondent à des acteurs sur le marché des capitaux.

Question 3.5 Choisissez la bonne réponse

Parmi les cas suivants, lequel correspond à des déterminants sur le marché du travail ?

  • Les prix
  • Les salaires
  • Les intérêts
  • Les dividendes
  • Les prix correspondent à des déterminants sur le marché des biens et des services.
  • Les salaires correspondent à des déterminants sur le marché du travail.
  • Les intérêts correspondent à des déterminants sur le marché des capitaux.
  • Les dividendes ou les actionnaires correspondent à des déterminants sur le marché des capitaux.

3.4 Circuit économique élémentaire

Les coûts d’opportunité des différents produits conduisent naturellement les producteurs à se spécialiser. Cette spécialisation entraîne un échange de biens et services, interindividuel ou international, qui se réalise dans le cadre d’un marché. Il en découle des interrelations multiples de flux réels et de flux monétaires, qui peuvent correspondre à un circuit économique élémentaire.

L’Illustration 3.1 résume la position des entreprises et des ménages au sein de l’économie et les flux ayant lieu au sein de l’économie, et entre l’économie et la biosphère, qui recouvre l’ensemble des formes de vie sur terre.

Un modèle de l’économie : ménages et entreprises.

Illustration 3.1 Un modèle de l’économie : ménages et entreprises.

Adapté de la Figure 1.12 de L’équipe Core, L’Économie, 2018. Paris : Eyrolles.

Flux réels

L’Illustration 3.1 est un modèle schématique illustrant les flux au sein de l’économie, et entre l’économie et la biosphère. Le schéma montre que les interactions économiques impliquent des flux de biens (par exemple, lorsque vous achetez une baguette ou un portable), de services (aller chez le coiffeur ou acheter des tickets de bus), et aussi de personnes (lorsque vous passez une journée à travailler pour un employeur).

Flux monétaires

L’argent circule de celui qui le dépense au producteur, du producteur à ses salariés ou actionnaires, avant d’être dépensé à nouveau en vue d’une nouvelle production, ce qui perpétue le cycle.

En ce sens, on peut voir l’État comme un autre producteur comparable à une entreprise à cette différence près que les impôts payés par un ménage en particulier financent les services publics d’une manière générale et ne correspondent pas nécessairement aux services dont ce ménage bénéficie.

Cela tient au fait que toute dépense dans un bien ou un service, qui a nécessairement été produit, constitue un revenu pour celui qui l’a vendu. Si vous achetez un sandwich dans une boulangerie au prix de 5 euros, votre dépense est alors de 5 euros, la valeur marchande du sandwich dont la production a été nécessaire à cette vente est de 5 euros, et le revenu reçu par le petit commerçant est aussi de 5 euros. Le même raisonnement s’applique si vous achetez un ordinateur à 1 000 euros, une crêpe à 2 euros ou un forfait qui coûte 20 euros par mois.

Quels sont les agents représentés sur le schéma suivant ?

Les agents représentés sur le schéma sont, d’une part, l’entreprise et, d’autre part, le ménage.

Exercice 3.1 Flux réels et flux monétaires

Aline et Guillaume viennent d’emménager à Rennes. Aline a trouvé un poste dans l’entreprise Bret’up pour un salaire de 2 500 euros net par mois. Pour bien s’installer, ils décident d’acheter un canapé à l’entreprise Canap. Celle-ci vend le canapé 1 000 euros, livraison comprise. Relevez pour chaque échange le flux réel et le flux monétaire.

Suivez le circuit, parfois inattendu, de l’argent dépensé par Mlle Rose pour l’achat d’une boîte de petits pois dans un supermarché ! De Mlle Rose à M. Gino, en passant par la société Orditop ; de l’entreprise à l’État en passant par les salariés, la banque, l’actionnaire, etc. : un circuit apparemment complexe expliqué de manière simple et humoristique.

Montrer les trois étapes du circuit économique.

Les trois étapes du circuit économique sont : consommation, production et répartition.

Exercice 3.2 Le circuit économique

Après avoir regardé la vidéo « Le circuit économique » :

  1. Indiquez quels sont les situations, les différents agents économiques cités et leurs fonctions.
  2. Représentez ces agents économiques et montrez leurs interdépendances par des flux.

3.5 Troc et monnaie

Quel est ce site ? Quel est sa fonction ?

Ce site permet aux ménages de se mettre en relation avec d’autres pour échanger des biens ou des services.

Peut-on tout échanger ?

On peut pratiquement tout échanger, mais échanger une maison, une voiture ou des denrées alimentaires semble un peu plus compliqué.

Montrez les inconvénients du troc.

Le troc peut présenter plusieurs inconvénients :

  • Unité de mesure : combien de pommes pour un morceau de viande ?
  • Problème de perte : comment faire si la denrée est périssable ?
  • Problème de conservation : comment obtenir un bien si l’on a rien à échanger ?

Dans une économie de troc, je pourrais échanger mes pommes contre vos oranges parce que je veux quelques oranges, non pas parce que je compte utiliser ces oranges pour payer mon loyer. La monnaie rend possible un plus grand nombre d’échanges, parce qu’il n’est pas difficile de trouver quelqu’un qui sera heureux de recevoir votre argent (en échange de quelque chose), alors que se débarrasser d’une grande quantité de pommes pourrait s’avérer problématique. C’est pourquoi le troc joue un rôle limité dans pratiquement toutes les économies modernes.1

3.6 Les différentes fonctions et formes de la monnaie

Les fonctions de la monnaie

La monnaie constitue un instrument essentiel de l’activité économique. Elle sert à la fois d’intermédiaire des échanges, de réserve de valeur et d’unité de compte.

Question 3.6 Choisissez la bonne réponse

Parmi les cas suivants, lequel correspond à la monnaie en tant que réserve de valeur ?

  • Vous achetez une baguette à 1,20 euro
  • Vous avez un livret jeune avec 300 euros
  • Jean a un patrimoine de 35 000 euros
  • Marc achète une bague à 350 euros
  • Vous achetant une baguette à 1,20 euro correspond à la monnaie en tant qu’intermédiaire des échanges.
  • Vous ayant un livret jeune avec 300 euros correspond à la monnaie en tant que réserve de valeur.
  • Jean ayant un patrimoine de 35 000 euros correspond à la monnaie en tant qu’unité de compte.
  • Marc achetant une bague à 350 euros correspond à la monnaie en tant qu’intermédiaire des échanges.

Pour chaque fonction, identifiez un avantage de la monnaie par rapport au troc.

  • Intermédiaire des échanges : il est plus facile d’acheter toutes sortes de biens. Avec le troc, difficile d’acheter une maison.
  • Réserve de valeur : la monnaie est un instrument d’épargne. Elle rend possibles les transactions dans le temps. Pour le troc, un poissonnier aurait des difficultés à conserver sa marchandise plusieurs semaines pour faire un achat futur.
  • Unité de compte : la monnaie résout le problème de la multiplicité des prix qui existerait avec le troc. Elle permet des comparaisons plus rapides.

Les formes de la monnaie

Quelles sont les deux grandes catégories de monnaie ?

Il existe deux types de monnaie : la monnaie fiduciaire correspondant aux différentes pièces et billets ; la monnaie scripturale correspondant aux jeux d’écritures comme les virements, les chèques, les paiements par carte bancaire.

Question 3.7 Choisissez les bonnes réponses

Parmi les cas suivants, lesquels correspondent le plus souvent à un virement ?

  • Le paiement d’un salarié
  • L’achat d’une baguette
  • L’achat d’un meuble
  • Le paiement d’une amende
  • La forme de monnaie la plus couramment utilisée pour payer un salarié est le virement.
  • Les pièces sont la forme de monnaie la plus couramment utilisée pour acheter une baguette.
  • La forme de monnaie la plus couramment utilisée pour acheter un meuble est le chèque, la carte bancaire ou les billets.
  • La forme de monnaie la plus couramment utilisée pour payer une amende est le chèque ou le virement.

Quelles sont les deux catégories de banques et quels sont leurs rôles ?

La Banque centrale (européenne, pour les pays de la zone euro) se charge d’émettre la quantité de monnaie fiduciaire sur le territoire. Les banques commerciales réalisent les différents jeux d’écritures entre les agents économiques.

Quelle est la valeur de la monnaie ?

La valeur de la monnaie est fondée sur la confiance que les agents lui attribuent, car elle n’a pas de valeur en elle-même. On note une dématérialisation progressive de la monnaie. Elle est de moins en moins représentée sous des formes « matérielles »  : on passe ainsi à une forme de monnaie sans cesse plus virtuelle.

Exercice 3.3 La monnaie électronique, qu’est-ce que c’est ?

Après avoir pris connaissance de l’article « La monnaie électronique, qu’est-ce que c’est ? », vous répondrez aux questions suivantes :

  1. Quelles sont les caractéristiques de la monnaie électronique ?
  2. La monnaie électronique est-elle réglementée ?

Exercice 3.4 Le Bitcoin est-il une monnaie comme les autres ?

Après avoir regardé la vidéo « Le Bitcoin est-il une monnaie comme les autres ? », répondez aux questions suivantes :

  1. Quelles sont les caractéristiques du Bitcoin ?
  2. Peut-on considérer que le Bitcoin est une monnaie ?
  3. Quels sont les éléments qui différencient le Bitcoin de l’euro ?

3.7 Conclusion

Les Chapitres 1 à 3 ont permis d’étudier les grandes questions économiques et leurs enjeux actuels. Après avoir étudié celles liées aux agents économiques et aux différents types de biens et services (Chapitre 1) ainsi qu’aux décisions du consommateur et du producteur (Chapitre 2), dans ce chapitre nous étudions celles liées aux échanges économiques. Nous partons d’un constat, celui de la spécialisation des producteurs et des pays. Nous montrons ensuite que la spécialisation génère des avantages mutuels. Nous expliquons enfin que la spécialisation implique des échanges et que les échanges découlent de la spécialisation. Nous expliquons enfin que la monnaie est un intermédiaire des échanges. Nous expliquons également les différentes formes de la monnaie et montrons qu’utiliser une monnaie est plus avantageux que pratiquer du troc.

Avant de continuer…

Illustrez les notions suivantes par un exemple issu de ce chapitre :

  • La spécialisation des producteurs.
  • La spécialisation des pays.
  • Les échanges.
  • Circuit économique élémentaire.
  • Les différentes fonctions de la monnaie.
  • Les différentes formes de la monnaie.
  • Troc.
  • Monnaie métallique.
  • Monnaie fiduciaire.
  • Monnaie scripturale.
  • Monnaie électronique.

3.8 Références bibliographiques

  1. David Graeber. 2012. ‘The Myth of Barter’. Debt: The First 5,000 years. Brooklyn, NY: Melville House Publishing.